Pour chauffer votre maison de manière écologique et économique, vous pouvez exploiter l’énergie du sol. On parle alors de géothermie. Il faut savoir que le noyau terrestre contient des éléments radioactifs qui produisent un flux de chaleur qui monte vers la surface. Ainsi, la température souterraine augmente généralement de 3° C par 100 mètres, voire plus dans certains endroits. Le système de chauffage par géothermie consiste à puiser les calories du sol à l’aide de sondes ou capteurs afin de pouvoir la transférer dans la maison. Les sondes sont à reliées à une pompe à chaleur qui transmettra l’énergie calorifique dans les pièces de la maison grâce à un évaporateur. Mais pour que tout ce système soit une réussite, il faut exécuter un forage géothermique.

Forage géothermique : définition


Pour comprendre ce qu’est un forage géothermique, il faut d’abord connaître le mode de fonctionnement d’un système de chauffage par géothermie. Il faut enterrer des capteurs pour exploiter l’énergie renouvelable. En fonction de la configuration de votre espace extérieur ou de vos préférences, le positionnement des sondes peut être horizontal ou vertical.

Si vous avez assez d’espace, vous pouvez opter pour la solution horizontale et procéder à un terrassement ou un forage pour poser les capteurs. En revanche, si vous ne disposez que d’une surface limitée pour enfouir les sondes, le système vertical vous est recommandé. Dans ce cas, un forage devient l’unique option.

Le forage consiste tout simplement à créer des puits pour recevoir les capteurs géothermiques. En général, il faut faire un ou deux puits qui contiendront chacun un échangeur. Ensuite, il faut faire circuler de l’eau glycolée dans les sondes qui capteront la chaleur du sol et la restituera dans l’habitation via une pompe à chaleur. Ce qui signifie que le forage géothermique est un facteur indispensable d’un système de chauffage à capteurs verticaux et parfois aux capteurs horizontaux.

La différence entre terrassement et forage géothermique

forage geothermie

Comme il est déjà mentionné auparavant, un chauffage par géothermie horizontal demande une surface de sol plus importante mais très peu de profondeur (0,60 à 1,20 mètres). Un terrassement peut alors suffire pour enterrer les sondes.

Ce type de captage de chaleur requiert au moins l’équivalent de la surface de la maison à chauffer. Par conséquent, il ne convient qu’aux foyers ayant un très grand jardin. S’il faut creuser plus en profondeur pour installer les capteurs horizontaux, un forage peut être incontournable.

Si vous optez pour un captage vertical, vous aurez invariablement besoin de forer votre terrain. Il faut donc réaliser des puits pour les échangeurs. Les puits peuvent atteindre les 200 mètres de profondeur, voire au-delà selon la taille du logement à chauffer et la nature du sol à forer. Plus le forage est profond, mieux sera le rendement.

Forage pour chauffage géothermique horizontal

Si vous envisagez de poser des sondes géothermiques horizontales dans un espace avec des obstacles comme un cours d’eau, le forage dirigé s’avère être la meilleure solution. Ce procédé implique de creuser un trou au-dessous du plan d’eau en évitant de faire des tranchées. À la place, il faut réaliser une injection de la boue à haute pression afin de créer un trou pilote. Cette opération a également l’avantage de renforcer efficacement le nouveau conduit. Une fois le trou mis en place, il faut maintenant l’aléser pour qu’il obtienne la taille voulue.

Pour terminer le forage géothermique dirigé, il faut installer tout le système (canalisation, gaine, fourreau) qui contiendra les sondes et donc l’eau glycolée, un liquide antigel capable de capturer la chaleur souterraine. À noter qu’une évaluation géotechnique du terrain est requise avant de commencer le chantier pour ce genre de forage. Cette étape permet d’analyser la consistance du sol.

L’autre type de forage horizontal est le fonçage. C’est l’alternative idéale si l’on veut que les trous n’impactent pas sur l’environnement en surface. Pour réaliser le forage, il est impératif de pousser des gaines en acier dans la terre. La création de deux puits est donc nécessaire : un puits pour l’entrée et un autre pour la sortie. Pour ce faire, il existe un appareil spécial qui effectue des crayons cylindriques ou pics dans le sol pour installer des capteurs. Une analyse préalable de la terre est également obligatoire.

Forage pour chauffage géothermie vertical

En général, il faut creuser un ou deux puits allant de 10 à 200 mètres de profondeur pour le forage géothermique vertical. Deux options s’offrent alors à vous. La première alternative est de faire un seul trou dont la profondeur dépend de la taille de l’habitation à chauffer. Dans ce cas, il faut insérer un tuyau de polyéthylène ou de cuivre gainé de polyéthylène dans le forage et y laisser circuler de l’eau glycolée.

La seconde option consiste à poser une nappe phréatique. Il faut alors faire deux puits : un pour permettre à la PAC de capter la chaleur de l’eau chaude de la nappe et un deuxième pour reconduire l’eau refroidie dans la nappe.